Harmonicatricks

Trucs et coups de coeurs d'un fou du Diatonique !
Uncategorized

Valses à l’harmonica diatonique

 Harmonica Golden Mélody en G valvé, sommier Hetrix en corian, accordage Richter

 

Pour illustrer le propos j’ai pris cette valse de Tony Murena, jouée le plus souvent  à l’accordéon. On trouve sur le net des versions à l’harmonica chromatique, au diatonique c’est plus rare ! Le Playback est de Stéphane Wrembel et vous le trouverez sur Internet.

Les valses rendent souvent très bien à l’harmonica (comme à l’accordéon où ce sont des classiques du répertoire), peut être parce que harmo et accordéons sont cousins: ce sont tous les deux des instruments à « hanches libres » et ils ont des sonorités voisines.

Mon conseil serait de se centrer sur deux difficultés :  la pulsation ternaire et les phrasés. Si elles ne sont pas résolues, votre morceau ne sonnera jamais.

  1. Bien comprendre la pulsation ternaire est essentiel pour que le morceau sonne : En gros ça fait Poum-Ta-Ka , Poum -Ta-Ka, etc en accentuant les Poum! Pour les croches compter 1-2-3-4-5-6 ,  1-2-3-4-5-6, etc …en accentuant les UNS. N’hésitez pas à accentuer le premier temps pour sentir le rythme. C pas très compliqué mais il faut se centrer là-dessus, et pour cette raison travailler ensuite avec l’instrument au métronome sans playback en faisant bien ressortir ce rythme ternaire.                                     
  2. Pour l’apprentissage des phrasés, la recette est toujours la même. Il faut travailler  segment par segment (et pas forcément en partant du début) en étant très méthodique, en travaillant au métronome et en augmentant la vitesse  seulement quand on maitrise  au tempo précédent.Ça peut sembler crétin ce genre d’exercice purement recitatif et mécanique pendant des heures, et effectivement on est content de passer à autre chose : Pour autant , cela vous fera beaucoup progresser dans le respiration, l’articulation et la manière d’aborder des phrasés rapides. Ne pas jouer fort, être avant tout précis, bien controler son souffle et garder la bouche et les lèvres detendues. Faut aller vite en restant cool…C’est seulement quand  la mécanique est à peu près rentrée que la partie la plus intéressante commence, je veux dire restituer la dynamique , la pulsation de la valse. C’est passionnant, on sent assez vite les nuances qu’il faut mettre pour que ça balance, quoi accentuer , comment respirer….

Je me suis servi d’un golden mélody en G  en Richter,  j’ai ajouté une valve dans le 5 soufflé pour que le morceau soit plus fluide  car j’avais du mal à avoir un certains phrasés fluide en devant faire un Sib en OB le 4°….Mais pour certains ce sera facile!

L’harmonica en G est grave et cela fait un peu ressortir les bruits de bouche mais ça m’a semblé tout de même le plus ergonomique . Le morceau est en Em, on utilise la position de Am (3eme position).  On pouvait aussi choisir un harmo en C lydien,  et jouer sur la « position » de Em, c’est parfait surtout sur un lydien…sauf que la mélodie commence par un Si : donc il faut partir du 3 aspiré et l’harmonica n’est pas assez long pour la partie B en tout cas. C’est le même problème pour jouer en position de Dm avec un harmo en  Ré. De toutes façons on ne fait pas l’économie de certaines difficultés : Amusez  vous bien ou plutôt préparez vous à en baver!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *